Le truand et le crédule

DR

J’emprunte le titre de ce billet de mon amie Sophie pour mon coup de gueule du dimanche. Puisque c’est une journée dominicale,  devinez quoi, mon coup de gueule c’est contre Dieu, ou du moins, contre ses prétendus hommes sur terre. 

Ce n’est un secret pour personne que le nouveau job pour se libérer du chômage à Lomé, c’est devenir pasteur. Vous avez bien entendu, PASTEUR. La recette est simple: passer deux mois à Aflao (ville frontalière du Ghana), apprendre le pidgin, revenir après avec une bible en Anglais, ériger un cabanon sur un terrain vide, parfois sans l’aval du propriétaire, avoir de l’imagination pour lui trouver un nom à son église, se flanquer d’un compagnon de fortune parlant le « franglais », savoir vociférer, puis le tour est joué.

Parce que les églises dites de réveil, ce n’est pas ce qui manque à Lomé. Un exemple: prenez la brettelle partant de l’école primaire de Hedzranawoé  et empruntez la ruelle jusqu’à la grande route menant à Kégué… Vous y compterez pas moins de 10 églises. Je ne vais pas faire l’inventaire de toutes ses églises endormeuses de conscience et vendeuses d’illusions. Je veux juste partager avec vous ce billet de Sophie qui vient de faire un court séjour au Togo.

Si quelque chose m’insupporte, un peu plus, chaque année quand je viens en Afrique, c’est l’incroyable naïveté spirituelle de mes amis ! De nouvelles  églises fleurissent à chaque carrefour, se multipliant et croissant, comme la pêche miraculeuse, au milieu des taudis, des écoles délabrées, des dispensaires miteux. L’accroissante pauvreté fait le bonheur de ces marchands du temple !

Flambants neuf, étincelants de mille feux, indécents de magnificence au milieu de la pauvreté, ces nouveaux lieux de culte se reproduisent comme une salve de feux d’artifice.

N’importe quel fripon un tant soi peu malin, pourra alors troquer ses oripeaux de voleur pour endosser la robe ecclésiastique, lui ouvrant alors les portes lucratives de l’aumône ainsi falsifiée.
Un haut parleur bien criard, quelques instruments de musique et le tour est joué.

C’est ainsi que ce « pasteur » reconverti  amènera à lui les oboles sonores et trébuchantes de la crédulité sans compter la virginité de pauvres demoiselles qui penseront là faire œuvre de Dieu.
Et je vous renvoie dos à dos, fieffés coquins et dupes grégaires ! Quelle est cette foi que vous videz de toute essence, celle qui vous fait attendre que Dieu veuille bien lever le petit doigt pour vous sortir de votre misère ?

Vous, les escrocs de Dieu, bavant de convoitise et d’amoralité, et vous les paresseux de l’âme, qui vous complaisez dans la stérilité de l’attentisme ! 
Relisez l’histoire de Job, et peut-être saisirez- vous alors  la nuance qu’il y a entre l’abandon spirituel qui conduit à l’humilité et la soumission lâche aux aléas de la vie qui mène au désespoir !
Dieu a besoin de vos mains, de votre cœur, de votre cerveau pour agir en ce monde. Priez cent fois, mille fois, cela est bon ; Mais n’oubliez pas que votre prière sera stérile si vous n’êtes pas dans le monde une lumière qui parle aux hommes ;

Combien de fois n’ai-je pas détesté vos chants et vociférations, relayés par une sonorisation criarde, qui à la tombée du soir, détruisait l’harmonie des bruits de la nature ! Combien de fois n’ai-je pas été tentée d’aller vous chercher pour participer au chantier, où quelques courageux et fidèles, toujours les mêmes, travaillaient aux dépens de leur propre labeur !

Combien de fois, sachant le mensonge de votre nouveau prêcheur, n’ai-je pas voulu le confronter et vous démontrer  sa forfaiture !

Mais, entendant la voix de la sagesse de mes anciens, j’ai muselé ma bouche. Le chantier est bouclé, les enfants pourront suivre leur scolarité, sans attendre ni rien recevoir de vous ! 
Chantez et dansez tant que vous voulez, mais n’attendez pas que vos champs produisent un seul épi de blé tant que vous n’aurez pas, au moins semé le grain en terre ni irrigué les sillons de votre vie.

Le plus beau temple pour Dieu, c’est le cœur de l’homme.

J’ai juste un mot à ajouter à son billet. Le pire c’est le vendredi, quand tu rentres exténué du travail et que tu espère juste une nuit paisible, nos amis se font le plaisir de troubler ton sommeil. Je crois qu’il est temps que le gouvernement prennent des mesures contre ces églises, qui comme des dépotoirs sauvages, se répandent à Lomé.

Publicités

3 réflexions sur “Le truand et le crédule

  1. wisdom mensah dit :

    Merci de le leur rappeler : »Le plus beau temple de Dieu, c’est le cœur de l’homme. » Tout est dit !
    Mais, savez-vous ce que ces églises sont pour nos dirigeants ? Des somnifères. Car, ces soi-disant hommes de Dieu ne font qu’endormir le peuple quand eux autres volent, pillent, etc. Sans quoi, comment le ministère de l’administration territoriale ne peut pas mettre fin à ce désordre qui ne dit pas son nom, à ses destructeurs de la société.

    J'aime

Vos réactions et commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s