« Le terroriste noir » ou la deuxième guerre mondiale à la sauce africaine

tierno1L’écrivain guinéen Tierno Monenembo pour son dixième roman a choisi un sujet bien connu : la deuxième guerre mondiale. Mais dans son roman paru aux éditions Seuil en 2012, l’écrivain met à nu un pan de la deuxième guerre mondiale occultée par l’histoire : le rôle de l’Afrique dans la seconde guerre mondiale. Il donc opté pour une figure de la résistance Addi Bâ, un guinéen du 12e régiment des tirailleurs sénégalais. Dénoncé, il fut fusillé par les allemands en 1943 à 27 ans. Mais ce n’est qu’en 2003 qu’une reconnaissance officielle lui a été accordée.

Tout commence à Romaincourt, petit village de Vosges en France pendant la grande guerre. En plein cœur de la seconde guerre mondiale, un père et son fils Etienne font une découverte dans la forêt en allant cueillir des champignons: un noir, probablement un tirailleur, dans un sale état. C’est ainsi que Addi Bâ fait incursion dans la paisible vie de ce village français et y bouleverse les habitudes, laissant dans une trace indélébile dans la mémoire des habitants de la localité.

« Il n’aura passé que trois ans avec nous, seulement trois ans, mais maman déclarait qu’elle avait l’impression qu’il était là depuis toujours, à notre insu, un peu comme ces nuages qui se forment sous vos yeux alors que vous vous demandez d’où ils ont bien pu sortir »

Le personnage principal y organise sa résistance contre l’Allemagne envahissante. Mais c’est sans compter sur les regards, les amitiés, les jalousies, les absences, le maquis et l’arrestation de Addi Bâ que les allemands ont surnommé “Der schwaze Terrorist”, c’est à dire « Le terroriste noir ».

Tierno Monenembo peint clairement son personnage à travers une figure mythique, le Messie. L’auteur fait allusion au Soldat Inconnu de Senghor à travers l’histoire, inspirée de faits réels de Addi Bâ, un tirailleur sénégalais fusillé par les allemands en 1943. Monenembo rend ainsi un hommage aux tirailleurs sénégalais, oubliés par l’histoire alors qu’ils ont donné leur vie pour sauver la patrie du colon.

Tierno Monenembo à travers un récit haletant et plein de suspens, traine le lecteur à travers le parcours de son personnage. Parcours au cours duquel on se perd parfois vu qu’on a parfois du mal à identifier le narrateur. Le roman ne s’attarde pas sur de faits précis. Le lecteur a l’impression de lire une suite d’anecdotes, racontée par un griot. Anecdotes parfois rocambolesques ou tendres et dans ces deux registres, l’auteur fait preuve de virtuosité.

Du coq à l’âne

Bien que l’histoire d’Addi Bâ donne envie de poursuivre la lecture, le style d’écriture est déstabilisant. Le texte est morcelé en plusieurs paragraphes, chacun évoquant un personnage du livre et des souvenirs sans réelle chronologie à travers le procédé de rétrospective. Le récit est haché, l’auteur saute du coq à l’âne aussi bien dans la chronologie que les personnages. Ce qui peut facilement déstabiliser un lecteur non averti. Toutefois dès que l’on s’approprie ce style, il n’a plus qu’une envie, connaître la destinée du « Jesus » de Romaincourt.

Œuvre : Le terroriste noir

Auteur : Tierno Monenembo

Edition Seuil, 224 pages, 17 euros

Publicités

Une réflexion sur “« Le terroriste noir » ou la deuxième guerre mondiale à la sauce africaine

  1. Sans nom :3 dit :

    Oui, c’est vrai qu’il est compliqué de suivre le fil de l’intrigue, il y a de nombreux retours en arrière, énormément de personnages et de surnoms, plusieurs petites intrigues se chevauchent … Mais une fois le style intégré, cela devient simple et amusant !

    J'aime

Vos réactions et commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s