Pourquoi je me sens si mal…

La Tour de Babel selon Bruegel

La vie nous réserve de ces surprises. Et parfois, c’est quand on s’y attend le moins. Quelle n’a pas été ma joie, lorsque j’avais appris qu’on se rendait en Pologne! Je me suis dit: voilà le voyage idéal, celui qui me permettra de visiter les lieux de mémoire de la deuxième guerre mondiale, des lieux significatifs pour les Juifs, victimes et enfants de victimes de la Shoah. Mais j’ai juste fait une rencontre surprenante: une rencontre avec moi-même.

Je ne me doutais pas un seul instant que ce voyage allait tout changer en moi. J’étais partie sur les traces de la mémoire, mais je me suis vue. J’ai rencontré l’humain, celui qui est au fond de moi et dont les agissements me rendent si sensible. Près de cinquante ans après la guerre mondiale, je revis la mienne, avec autour de moi le souvenir des victimes d’une barbarie humaine.

Aujourd’hui, j’ai cru que j’allais me sentir mieux en me réveillant. Parce que  hier, j’avais eu  ma dose d’émotion. Et ce jour, relâche. Pas de visite qui me mettrait à mal. J’ai visité Cracovie, la ville du Pape Jean Paul II, celle ou selon la légende, a été construite la Tour de Babel. J’ai visité la colline de Babel, l’archevêché du bienheureux pape.

La Babel moderne selon la légende polonaise

La tour de Babel, celle-là même que les hommes ont essayé de construire pour défier Dieu. C’est encore dans ce pays que les Nazis se sont pris pour Dieu (mais lequel)? Décidant au nom de je ne sais quoi de qui avait droit de vivre ou pas. Ce pays où ils ont commis les pires atrocités de la deuxième guerre: rassembler des enfants et les fusiller dans un même cercueil pour économiser les balles, fusiller des familles entières, déporter les gens, construire une tombe ouverte pour y entasser des vivants. Détruire des vies. Sans qu’un seul, une seule fois, n’ait pas eu de lucidité, la lucidité nécessaire pour dire que c’est mal.

Le mal ne s’est pas que arrêté aux portes des camps de concentrations. A la sortie, des victimes de la Shoah ont été massacrés dans une ville. Et dire que de ce pays, sont originaires des personnes de grand coeur. Eh oui, la vie nous réserve des surprises. Et parfois, ce n’est pas à la rencontre de l’histoire qu’on va, mais  de nous même.

Et pourtant la Pologne a produit des grandes personnes, avec de grands coeur.

Publicités

6 réflexions sur “Pourquoi je me sens si mal…

  1. En toi, quelque chose suis son cours…
    se sentir mal, je le répète, est le signe d’une bonne santé mentale, ma chère tu n’es pas encore blasée, encore moins désabusée, profite de cette grâce!

    J'aime

  2. Nicolas Burnens dit :

    Oui, la Pologne est un grand pays, où sont nés de grands écrivains et politiciens. Mais je crois que tu fais une confusion, puisque la Pologne était occupée durant la seconde guerre mondiale, c’était donc des camps allemands et non polonais…D’ailleurs Auschwitz est un nom allemand. Au contraire, les Polonais se sont battus pour leur indépendance, acquise bien tard, à la chute du mur de Berlin, après l’occupation allemande et trente ans de communisme…

    J'aime

  3. Cher ami, je ne vois pas où se trouve la confusion. Les camps auxquels on fait allusion sont bien des camps allemands, à moins que nous n’ayons pas lu l même billet…

    J'aime

  4. Merci Nico. Au moins tu as lu l’article et je suis contente. Mais je parle de la Pologne comme Objet et territoire utilisé par les nazis pour leurs destins funèbres et macabres. Peut-être que la façon dont je l’ai dit prête à confusion.

    J'aime

  5. mya dit :

    Bonjour,

    Je crois que ce qui porte à confusion c’est votre dernière phrase « Et pourtant.. » comme si la Pologne avait elle-même collaboré « alors que » elle a aussi produit des gens de biens (comme dans tous les pays d’ailleurs). Il aurait été plus juste, personnellement, de mettre « Et pourtant l’Allemagne.. » parce que c’est bien à l’Allemagne que vous faites référence dans votre article, les nazis, l’extermination… Mais ceci n’attaque en rien le fond de votre article.
    Bien à vous.

    J'aime

  6. A moins d’avoir mal lu ou d’avoir survolé le passage, je ne retrouve la rencontre avec toi-même.
    « J’étais partie sur les traces de la mémoire, mais je me suis vue. J’ai rencontré l’humain, celui qui est au fond de moi et dont les agissements me rendent si sensible. » A moins de ne pas comprendre: se rencontrer « humain » et se découvrir « humain », est-ce la même chose? Eclaire ma compréhension en ruines.

    J'aime

Vos réactions et commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s