Les femmes liraient beaucoup plus que les hommes?

Entre les femmes et les hommes, qui lit le plus? J’ai fait une remarque générale autour de moi: les femmes lisent plus. Qui dit le contraire?

 

 

Deux mois que je suis arrivée en France, le berceau mondial de la littérature. Les livres, on en trouve partout et à tous les coins. Mais une chose est surprenante, à chaque fois que je rentre dans un métro, je prends un bus ou que je me promène, je trouve toujours une femme avec un roman ou un livre dans la main. Et souvent, elle s’y concentre tellement que l’image renvoyée est presque parfaite. Ce que je ne vois pas, c’est un homme en train de lire. Tout au plus, ils ont un journal en main.  Mais presque jamais un livre. Les rares hommes que je vois lire sont mes amis écrivains et donc on peut les exclure du lot. Comment s’explique ce phénomène? Selon quelques hommes que j’ai interrogé, lire implique une certaine concentration et une disponibilité d’esprit. En plus, elle nécessite une attention particulière. L’homme a trop de chat à fouetter et donc la lecture ne lui est pas importante? Je ne le dis pas mais je sais une chose, les femmes s’investissent plus dans cette activité littéraire que les hommes (observation faite dans la ville où je réside). Je sais qui me diront que mon affirmation est relative. Mais demandez à certains hommes les romans qu’ils ont lu et ils vous répondront  » euh… euh, j’en ai quand même lu beaucoup » sans pouvoir vous les citer.

Publicités

9 réflexions sur “Les femmes liraient beaucoup plus que les hommes?

  1. ESTEBAN dit :

    C’est une hypothèse probable, mais pas une évidence, encore moins la vérité. Il faut se méfier des sens et de l’expérience sensible, ils véhiculent le plus souvent des mirages…L’induction et l’analogie ne sont pas les modes indiqués de raisonnement qui conduisent à la vérité. Tu as peut-être raison, mais tu ne me convains pas avec des preuves solides.Pour ma part, au-delà des limites de l’empirisme, je considère que ça dépend des sociétés et des tranches d’âges ou des niveaux d’instruction qui l’on prend en compte. Comment est-il possible par exemple que des femmes lisent plus que des hommes dans une société où elles ont très peu de chance d’accéder à l’éducation? Et puis lire se limite t-il aux romans?
    Et moi, de quoi me traitera t-on?…Alors Marthe?
    Eti

    J'aime

  2. Carole dit :

    Estéban, nous n’avons pas besoin de sondage pour voir une chose aussi évidente. De quoi parle tu quand tu dis « niveau d’instruction »? De quel côté te mets-tu pour parler? Je ne sais pas ou tu vis mais je suis sur que la tendance actuelle démontre un taux de lecture très élevé des femmes. je te signale que c’est elle qui classe dans des magazines populaires les best-sellers. En Afrique ou j’ai vécu un peu, il est vrai que beaucoup de femme ne lisent pas. Mais il est aussi vrai que beaucoup de femmes écrivent de plus en plus en Afrique, alors ton affirmation devient un peu bancale. En côte d’Ivoire par exemple, les livres sont beaucoup plus lus par les femmes.
    Entre temps, Marthe, quand vas-tu sortir ton premier livre? tu as des talents pour nous sortir quelque chose de potable. En plus j’avais déjà lu une nouvelle de toi sur le blog de Kangni Alem, ou est la suite?

    J'aime

    • ESTEBAN dit :

      Merci Carole de ta réaction qui me conforte dans ma position.Je vais adopté une démarche scolaire pour faire simple dans ma réponse à tes questions. D’abord, je ne pense pas que l’expression « niveau d’instruction » ne soit pas déjà consacrée dans la langue française, il te faudra peut-être un peu de recherches à ce propos… Ensuite, si tu veux le savoir, j’ai réagi aux propos de Marthe dans une posture neutre d’analyste. Enfin, je constate, d’une part, que ta réaction dans ce débat est passionnée et partiale :… » NOUS n’avons pas besoin de sondage pour voir une chose aussi évidente » (on y voit – le « nous » le démontre à suffisance – la réaction d’une femme qui cherche coûte que coûte à défendre « les femmes »). D’autre part, il ne me semble pas que dire que les femmes lisent plus que les hommes soit « une chose aussi évidente ». L’évidence ne se décrète pas, elle se démontre (encore qu’une chose évidente n’est pas forcément une chose vraie). Tu as dit: « En Afrique ou j’ai vécu un peu, il est vrai que beaucoup de femme ne lisent pas. Mais il est aussi vrai que beaucoup de femmes écrivent de plus en plus en Afrique, alors ton affirmation devient un peu bancale. En côte d’Ivoire par exemple, les livres sont beaucoup plus lus par les femmes ».Je constate que Marthe et toi prenez un catalogue de vos expériences personnelles pour une vérité apodictique. J’en conclus que ce qui oppose nos deux réactions est une question de type de raisonnement. Vous procédez par affirmation (aucune preuve de ce que vous avancez), alors que moi je ne vous demande qu’une simple démonstration. J’ai rien contre les femmes (que j’adore par ailleurs) et peut-être avez-vous raison. Mais montrez-moi que vous avez raison. Clouez-moi le bec comme on le dit, je n’attends que ça. NB: j’attends aussi avec impatience le premier « bébé littéraire » de Marthe. A vos claviers ( vous feriez peut-être mieux de demander conseil à M. K.A. qui semble vous offrir une issue de secours, lol! au plaisir de vous lire!)

      J'aime

  3. K.A. dit :

    Peut-être que ce qu’elle veut dire, Marthe, c’est que en réalité les femmes auraient une sensibilité de lecture plus élevée que les hommes?

    J'aime

  4. Sami dit :

    Encore faut-il qu’on puisse, par de solides sondages, dire qui lit quoi et dans quelles proportions. Pour ma part je crois qu’Esteban a raison. Il faut se méfier des fausses évidences, elles conduisent à des démarches un peu trop faciles. Ce qui se dit assez souvent et semblent admis n’est pas une vérité établie. D’ailleurs, il y a chez certains une forme de discrimination dans cette assertion quand on lit ou entend dire que les femmes liraient plus de romans et qu’il y aurait plus d’hommes pour des lectures exigeantes. Rien de tout cela n’est démontré. Et bien sûr, les choix de lecture dépendent du niveau d’instruction, des contraintes personnelles, des impératifs professionnels, etc.

    J'aime

  5. Sur quels bases affirme-t-on que les hommes ont des lectures plus exigeantes que les femmes? Ce sont ces discriminations intellectuelles qui font de la femme qu’une femme. Arrêter de nous enfermer dans un univers où seuls les « harlequins » et les romans d’amour règnent. Nous savons faire autres chose que de nous occuper des enfants. Nous sommes des machines pluridisciplinaires capable à la fois de gérer notre quotidien de femme et de l’harmoniser avec d’autres choses. Et la lecture fait partie d’une de nos grandes occupations.

    J'aime

  6. Sami dit :

    et si on sortait de ce genre de raisonnements les femmes les hommes? Marthe et Nounfoh n’ont pas forcément les mêmes goûts ni les mêmes exigences de lecture parce qu’elles sont du même genre. Il y a des gens qui lisent parce qu’ils en ont le goût ou l’obligation. et ces millions de personnes de par le monde sont des deux sexes. Parmi elles, une certaine proportion avec des exigences plus élevées que la moyenne.

    J'aime

    • ESTEBAN dit :

      Merci, mon cher Sami. En voilà enfin un qui fait une analyse assez objective. La passion est ennemie de l’objectivité. A bn en tendeur, salut!

      J'aime

Vos réactions et commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s